celastro

Deux temps forts en 2024 du côté des astres

2024 Astres - Christine haas

Tout d’abord l’entrée de Pluton en Verseau le 21 janvier, signe astrologique le plus humain mais aussi le plus individualiste du zodiaque. La symbolique de Pluton, Dieu des enfers, c’est celle du phénix qui renaît de ses cendres : fin d’un système et mise en place d’un nouveau. La symbolique du Verseau c’est « moi d’abord, » : l’individu prime sur le collectif. Cela signifie pour synthétiser que l’humain développe son individualisme en se débarrassant des contraintes et des tabous imposés par le collectif. Ce faisant, il déconstruit la société… et obéit à Pluton, maître des extrêmes (mort, renaissance, et tous les autres). Nous avons déjà eu un avant-goût de ces remous de fond en 2023 et ce n’était qu’un début.

En 2024 Pluton se réinstalle dans le très peu conformiste Verseau le 21 janvier

Autant le dire tout de suite, en plusieurs années la vie des sociétés, et pas seulement la nôtre, sera bouleversée. Un nouveau vivre ensemble devra obligatoirement s’instaurer, de gré ou de force, et Il n’y a pas un domaine qui échappera au grand nettoyage entamé par Pluton. Cela prendra deux décennies puisque Pluton transitera le signe astrologique Verseau jusqu’en 2044. Si on s’en réfère à la mythologie, avec Pluton on passe de l’ombre à la lumière et c’est ce qui est arrivé lors de son dernier transit en Verseau au XVIIIe siècle, précisément siècle des lumières. Mais aussi celui de l’ombre de la révolution et de la Terreur. Certes, il y a eu beaucoup d’évolutions scientifiques, techniques à l’époque et nous en aurons tout autant. Mais l’ombre de la révolte n’est pas loin, jusqu’où va-t-elle aller avant que la lumière ne soit ? 

La dissonance Jupiter/Saturne à partir de juillet

Elle n’est pas très fun donc c’est inquiétant pour les futurs JO, et pour le reste aussi. Jupiter, c’est le dieu de l’Olympe et il nous parle généralement de joie, de jeux, de plaisirs en tout genre… Mais c’est aussi la planète de l’étranger sous toutes ses formes. La géante du zodiaque pointe les problèmes qui se passent « ailleurs » ainsi que ceux qui viennent d’ailleurs sur notre territoire. Saturne, qui sera donc en dissonance avec elle jusqu’en octobre, est son exact contraire : si Jupiter amplifie, Saturne restreint, si l’une est associée à la joie, l’autre l’est à la peine et à la peur surtout. La deuxième partie de l’année nous privera donc plus ou moins de plaisirs que nous nous étions promis et que la raison – représentée par Saturne – nous invitera à déguster avec beaucoup de modération. Bref, l’été ne sera pas chaud (prenez-le dans le sens que vous voulez).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *